source : www.pixabay.com

Entretiens avec Stéphane FORGERON sur les enjeux de la conception universelle pour les entreprises (22ème volet)

Stéphane Forgeron, nos lecteurs sont impatients que vous fassiez une présentation de la stratégie de résilience urbaine inclusive de San Francisco.

Vivre à San Francisco c’est comme vivre sur une autre planète pour un Français. Les actions déployées au quotidien par la municipalité de San Francisco envers sa population sont même impensables pour la classe politique de notre pays. Aussi, la présentation faite ci-après est loin d’être exhaustive, laquelle mériterait la rédaction d’un ouvrage très détaillé sur l’approche de cette ville en matière de résilience urbaine, de prise en compte des populations vulnérables (personnes handicapées, âgées, enfants, sans domicile fixe, drogués, …) et de vision collective de certaines problématiques communes à tous les habitants de San Francisco.

La stratégie de cette ville, appelée plan de gestion des risques et de la résilience climatique de la Ville et du Comté de San Francisco[1], reflète la vision politique de cette zone urbaine sur les dangers potentiels qui attendent San Francisco dans les années et décennies à venir. Cette stratégie élaborée tous les cinq ans[2], avec des mises à jour annuelles des plans d’actions des risques identifiés[3], décrit la vision de cette ville pour atténuer et adapter les bâtiments, les infrastructures et les habitants aux impacts des tremblements de terre, du changement climatique et de bien d’autres dangers.

Cette stratégie à long terme[4] permet de mieux comprendre et de faire face aux impacts des catastrophes, parfois soudaines (ex. tremblement de terre) ou lentes (ex. pandémie). Ce document identifie les dangers, les vulnérabilités et les conséquences auxquels la Ville peut s’attendre sans anticipation. Cette stratégie s’accompagne de nombreux plans d’actions à mettre en œuvre d’un point de vue opérationnel pour atténuer les risques et s’adapter aux impacts climatiques inévitables.

L’objectif de la stratégie de San Francisco est de devenir une ville plus sûre et plus résiliente, en prenant des mesures pour réduire les risques de dangers avant qu’ils ne se produisent. Chaque plan :

  1. Décrit les dangers naturels et d’origine humaine de la Ville ;
  2. Identifie les mesures que la municipalité peut prendre pour réduire leurs effets ;
  3. Etablit un processus de mise en œuvre de chaque plan (ex. transports, logistique, communications, tempêtes).

San Francisco a identifié 14 risques importants sur son territoire : changement climatique et implications en termes de risques, tremblements de terre, glissements de terrain, tsunamis, inondations, défaillances d’un barrage, canicules, sécheresses, incendies de forêt, grands incendies urbains, tempêtes, mauvaise qualité de l’air, pandémies, et rejet de matières dangereuses. Tout plan d’actions de réduction des dangers comprend une évaluation de tous les risques[5] auxquels tous les habitants de San Francisco sont susceptibles d’être confrontés à court ou moyen terme, ainsi que les dangers croissants auxquels cette ville sera confrontée dans les décennies à venir en raison notamment du réchauffement climatique.

Cette stratégie et les plans d’actions qui en découlent servent également de feuille de route aux décideurs locaux pour allouer les ressources nécessaires dans l’optique d’atténuer les impacts des dangers sur les personnes, les infrastructures physiques et l’environnement. Enfin, ces plans d’actions servent de guide opérationnel à l’ensemble de la population de San Francisco et de sa grande banlieue (la Baie de San Francisco) sur la façon dont la Ville travaille au quotidien pour améliorer la résilience urbaine en augmentant les moyens : (a) des directions municipales et de sa métropole, (b) d’associations à but non lucratif (ex. Croix-Rouge), (c) de collectifs de quartiers en charge des opérations d’évacuation, (d) des particuliers (ex. sensibilisation aux dangers, sessions de formations aux urgences). L’objectif est d’encourager un niveau élevé de participation et de collaboration des habitants aux risques potentiels et à la planification de la résilience urbaine en cas de catastrophe.

La vision d’ensemble de ce plan de la Ville de San Francisco[6] est la suivante : rendre cette ville résiliente aux menaces immédiates et à long terme liées au réchauffement climatique, aux risques naturels ou provoquées par une intervention humaine, au travers de la mise en place d’actions audacieuses pour : (1) éliminer les émissions de gaz à effet de serre ; (2) adapter son patrimoine immobilier et naturel ; (3) construire une ville plus équitable et durable. Pour ce faire, il convient de concevoir des dispositifs afin que les habitants, institutions et entreprises survivent, s’adaptent, se remettent en cause et se développent, et ce quelle que soit la nature et la gravité du choc subi.

La mise en œuvre de cette stratégie repose sur les principes suivants (liste non exhaustive reprise de la stratégie de résilience 2019 de San Francisco) :

  • Équité et santé : travailler de manière proactive pour éliminer les disparités raciales dans les impacts des dangers ;
  • Cohésion sociale dans les quartiers : rendre les personnes autonomes et favoriser les partenariats pour à la fois réduire les vulnérabilités et promouvoir la résilience à l’échelle locale ;
  • Attractivité économique : donner l’envie aux résidents de San Francisco et aux entreprises de rester dans cette ville et de vivre dans de bonnes conditions en dépit d’être une zone à risques ;
  • Atténuation du changement climatique : éliminer les émissions de gaz à effet de serre, lesquelles provoquent le réchauffement climatique et surtout l’aggravation des risques climatiques (sécheresses, inondations, tempêtes, canicules, incendies de forêt) ;
  • Une bonne gouvernance : fournir des informations fiables et exploitables pour favoriser la transparence des décisions et l’ouverture d’esprit en matière d’innovation.

Dans le cadre de son programme exhaustif de gestion des catastrophes, la Direction de la Gestion des Urgences de San Francisco maintient un nombre conséquent de plans d’urgence à l’échelle locale pour s’assurer que la ville est prête à répondre à une grande diversité de menaces et de dangers. Ces plans respectent les exigences de l’Agence Fédérale américaine de Gestion des Urgences (FEMA) et de l’État de Californie. Ces plans d’intervention et de relèvement tous risques décrivent la coordination, les rôles et les responsabilités des agences d’intervention et la manière dont la Ville travaille avec les partenaires locaux, étatiques et fédéraux en cas d’urgence. 

San Francisco travaille en étroite collaboration avec ces acteurs institutionnels. Pour s’assurer que les plans sont utilisables en cas de catastrophe, les principaux intervenants des agences de la Ville, les représentants d’ONG et les acteurs économiques participent à l’élaboration de ces plans et aux exercices pour se préparer à des situations d’urgence. Ces plans sont accompagnés d’indicateurs de performance, de suivi des plans d’actions et de l’avancée des projets existants, pour mesurer l’efficacité de ces plans dans une démarche d’amélioration continue (ex. identification des lacunes, mise à jour d’un plan, actualisation des procédures d’urgence).

Des annexes spécifiques au plan de gestion des urgences[7] fournissent des détails opérationnels supplémentaires à mettre en place en cas d’une catastrophe majeure : coordination de la communication des urgences[8], services humains[9], manuel en matière de politiques locales sur le handicap et les ressources à allouer[10], soins de masse, logement temporaire, systèmes d’informations communs[11] aux différents acteurs locaux, etc. Des objectifs stratégiques ont également été définis entre les différentes parties prenantes à l’élaboration de ces plans pour garantir leur efficacité :

  • Améliorer le programme d’entraînement et des exercices de gestion des urgences et de sécurité intérieure de la ville ;
  • Définir le rôle de chaque acteur, y compris des bénévoles ;
  • Améliorer la capacité de préparation et de réponse des habitants aux catastrophes ;
  • Renforcer les capacités de collecte et d’analyse des menaces de San Francisco ;
  • Coordonner les efforts à l’échelle de la Baie de San Francisco pour utiliser efficacement les bénévoles formés pour intervenir qui résident à l’extérieur de cette ville ;
  • Élaborer un programme de relèvement à long terme, lequel renforce les capacités de la Ville à rétablir la situation antérieure et à faciliter le rétablissement de la vie économique et sociale après une catastrophe.

Ces plans sont basés sur une approche réaliste des problèmes susceptibles d’être rencontrés lors d’un incident, à savoir les hypothèses suivantes à intégrer :

  • Les catastrophes naturelles et d’origine humaine peuvent survenir avec ou sans alerte, à tout moment du jour ou de la nuit, et peuvent affecter plusieurs services / directions au sein du comté de San Francisco ;
    • La succession d’événements en cas d’urgence n’est pas prévisible, et les actions à décliner dépendront de la nature et des exigences de l’urgence ;
    • Les responsables de l’information auprès du public du Comté sont chargés de maintenir des relations de travail positives, une communication transparente et une coordination active avant, pendant et après une catastrophe ;
    • La divulgation d’informations au public et aux médias suit les protocoles standard du dispositif de gestion des urgences (SEMS) de l’État de Californie et du dispositif national de gestion des incidents / dispositif de commandement des incidents (NIMS / ICS) ;
    • Comme l’exige la Commission Fédérale des Communications, la diffusion de l’information liée aux urgences sur tout média et tout support (écrit, oral, vidéo) doit être accessible aux personnes handicapées.

Point capital : la Ville et le Comté de San Francisco, mais également les autres comtés de la Baie de San Francisco, ainsi que la Baie de San Francisco ont chacun déployé leur propre plan de résilience. La Baie dispose depuis mars 2008 d’un plan de coordination régionale des urgences[12] pour l’ensemble des comtés de cette zone définissant :

  1. les procédures de coordination régionale des mesures à déployer (ex. soins de masse et logement temporaire[13], communications, logistique) ;
  2. un plan de collaboration conjoint et synchronisé de retour à la normale entre les différents comtés[14] ;
  3. la prise de décisions et le partage des ressources entre les agences locales d’interventions des urgences dans la région de la Baie de San Francisco.

[1] Stratégie de résilience de la Ville et du Comté de San Francisco 2019 (sans les annexes) :

https://onesanfrancisco.org/sites/default/files/inline-files/HCR_FullReport_200326_0.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[2] Précédente stratégie de résilience de la Ville et du Comté de San Francisco :

https://sfdem.org/sites/default/files/FileCenter/Documents/2328-_CCSF%202014%20HMP%2020140722.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[3] Exemple de mise à jour du plan de résilience de San Francisco :

https://sfdem.org/sites/default/files/CCSF%20Emergency%20Response%20Plan_April%202008%20-%20updated%20May%202017_Posted.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[4] Vision stratégique d’une ville résiliente des autorités politiques de San Francisco :

https://onesanfrancisco.org/sites/default/files/inline-files/HCR_Chapter-07_200326.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[5] https://onesanfrancisco.org/sites/default/files/inline-files/Ch3_%20HCR_200326.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[6] Plan de communication de la stratégie de résilience de la Ville et du Comté de San Francisco :

https://sfgsa.org/sites/default/files/Document/Resilient%20San%20Francisco.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[7] https://sfdem.org/sites/default/files/FileCenter/Documents/839-ESF%205%20-%20Emergency%20Management%20Annex.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[8] https://sfdem.org/ftp/uploadedfiles/DEM/PlansReports/ESF2-Communications.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[9] Ce service existe également dans d’autres villes américaines et sera décrit dans un autre article : https://sfdem.org/sites/default/files/FileCenter/Documents/837-ESF%206%20-%20Mass%20Care%2C%20Housing%2C%20and%20Human%20Services%20Annex.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[10] https://sfdem.org/sites/default/files/Appx%20E%20Disability%20Policy%202016%20Final.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[11] https://sfdem.org/sites/default/files/CCSF%20ESF%2015%20Plan%20FINAL%20Dec%2023%202015%20Redacted.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[12] https://sfdem.org/ftp/uploadedfiles/DEM/PlansReports/SFRegionalEmergencyCoordinationPlan.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[13] https://sfdem.org/ftp/uploadedfiles/DEM/PlansReports/CareShelterAnnex.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

[14] https://sfdem.org/ftp/uploadedfiles/DEM/PlansReports/RecoveryAnnex.pdf (dernière consultation le 14 juin 2020)

Share This