Sélectionner une page

Un Aspie a souvent du mal à faire ce qui, pour beaucoup, est juste habituel et normal. Par exemple, faire sa déclaration d’impôts, remplir son dossier Pôle Emploi, ouvrir une série de courriers, demander au serveur de réchauffer un plat froid…

Quand toi, qui n’est pas autiste, partant d’une excellente intention de nous aider, tu nous expliques que « il suffit de le faire, parce qu’après ça permet de se détendre… en plus regarde, c’est très rapide ! »… Sans le savoir (oui, j’ai envie de croire que tu le fais inconsciemment) tu nous rappelles à quel point on n’est pas adapté à ce monde.

Parce que franchement, on n’est pas bête… On sait que ça prend 2 minutes. On sait qu’il suffit de demander. On sait que ça fait partie du cours des choses. Mais à priori, le savoir ne suffit pas. Et le fait d’entendre que pour toi c’est facile (et sous-entendu « si tu n’y arrives pas c’est que vraiment il y a un problème »)… ça nous enfonce encore plus. On cumule le stress de la deadline pour faire la chose, avec le stress de le faire, et en plus avec le sentiment grandissant qu’on est nul.

Alors s’il te plaît, avant de dire cette énorme évidence qui commence souvent par « il suffit de… » ou « il faut juste… », essaie de comprendre pourquoi on ne l’a pas encore fait. Et formule ensuite ton aide et ton conseil d’une manière qui nous aide à se sentir plus fort que notre peur.

Et nous, de notre côté, je te promets qu’on apprends tous les jours comment mieux faire !