Par où commencer ? Par le début peut être…

Depuis quelques mois, c’était en préparation. Ce petit déjeuner avec des directeurs RH, Diversité et Mission Handicap, mais aussi DSI, chefs de projet… Ce qui nous a tous réunis, c’est l’envie de créer un partage approfondi sur le thème de l’emploi de personnes autistes dans les entreprises.

Pas seulement autisme de haut niveau d’ailleurs, on parle de toutes les formes d’autisme. Et il y a autant de formes d’autisme qu’il y a d’autistes…

L’état d’esprit, le même que nous avons infusé dans Hipip IN, était : “nous sommes tous concernés”. Autiste ou pas, parent d’autiste ou pas. Tous. Pourquoi ?

  • Parce que quand un autiste explique ses difficultés, chaque personne s’y reconnaît. Au moins dans une. Au moins un peu.
  • Parce que nous sommes tous différents, et même si c’est banal à dire, ce n’est pas banal à vivre si cette différence n’impacte pas trop notre quotidien.

Alors nous avons parlé. Loin du monde merveilleux des bisounours où tous les autistes sont des super-héros et où les embaucher est facile et apporte des bénéfices immédiats à tout le monde.

Il y a eu des questions qui ont exprimé les peurs et les freins qu’ont les entreprises aujourd’hui à l’idée d’embaucher des autistes. Il y a eu des réponses claires, des témoignages, des histoires, des confessions. Il y a eu des avertissements très francs sur ce qui, oui bien sûr, pose beaucoup de difficultés. Ce à quoi il faut faire très attention. Ce qui peut être un peu long et laborieux.

Mais j’espère sincèrement que tout le monde est reparti en se disant “c’est possible… s’ils le font, alors ça doit être possible chez nous aussi”.

Embaucher des autistes, ce n’est pas faire une bonne action. C’est bien plus que cela. C’est logique, naturel, bénéfique. Difficile, certes, parce que leur fonctionnement est différent, et il faut se comprendre, s’apprivoiser mutuellement, faire des compromis entre les codes et la nature humaine qui ne rentre pas dans ces codes là. Et c’est aussi se rappeler que, autiste ou pas, naturellement nous fonctionnons “out of the box”, tous. Si seulement on s’en donne la liberté.

Ce que je retiens de cette rencontre, c’est la merveilleuse bienveillance de tout le monde, la sensibilité, l’intérêt sincère. Parce que oui, un cadre dirigeant dans une grande entreprise peut aussi avoir un intérêt et une envie d’aider sincères. Quand on se sent personnellement concerné, on est au contact d’une partie en nous qui ne sait pas mentir. Et j’ai vu ça chez tous les participants aujourd’hui.

Je retiens aussi l’engouement pour créer une dynamique commune inter-entreprises, que j’ai envie de lancer et de nourrir. Agir, c’est bien. Agir ensemble, c’est décupler nos forces et l’impact positif.

Ce petit déjeuner, je l’espère, a ouvert des portes, et va créer de vraies opportunités. Bien sûr, c’est à suivre, à nourrir… à ne pas lâcher. Et on est là pour ça 🙂

Un immense merci à tous d’avoir été là, d’avoir partagé l’invitation, d’avoir posé vos questions qui ont enrichi l’échange.

Un merci particulier à Jean-François Dufresne (ANDROS, Vivre et Travailler Autrement) pour la passion et l’intervention, Emeline Bourgouin (AXA Group Solutions) pour l’accueil et le petit déjeuner, la confiance et la générosité, à Richard Frajnd (CA Technologies) pour la confiance, l’impulsion pour l’événement et les encouragements, et à Eric Lafarge (Albea) pour les témoignages, le partage d’expérience et la conviction que “c’est possible et ça aide vraiment tout le monde ».

Sans oublier nos partenaires, Anne Montgermont et Dominique Du Paty (HandiRéseau) et Laurent Delannoy (Avencod), pour la présence, le soutien et les interventions !

Étaient aussi présents :

Isabelle Kahn (IBM), Eloise Le grix et Christel MARIVIN (Société Générale), Christophe Morin et GUY DUCLOS (ORANGE), Jean-Claude Mouhat (CAPGEMINI), Nathalie Dey (HUMANDO PLURIELS – ADECCO), Ya-Fang De Moya et Hortense Godin (EY), Andre Milan (BPI Group), Omer-Decugis Philippe (SALESFORCE) Margo Palmer (FONDATION CARRFOUR), Monique Jay (SOGETI).

Mes associés Hipip in présents Herve Ferro et Pierre Daveze, à notre partenaire Marie-Louise Moreau.

Et une grande pensée pour toutes les personnes qui ont eu des empêchements mais avaient très envie d’être là, et notamment Karine Boullier (SANOFI), Stéphanie Heuclin (SUEZ), Frederique SENEQUE (FDJ), Astrid Sithavaja (SUEZ), et d’autres que je n’ose pas citer… 🙂