L’Homme a commencé une mutation génétique qui l’amène à de nouvelles capacités mentales qu’il lui suffit désormais de développer…

Déjà en 2008 certains praticiens et experts déclaraient qu’une transformation génétique de l’Homme avait des conséquences de plus en plus visibles sur ses capacités paracorticales (intuition, télépathie…). Mais tout le monde en riait, à commencer par la communauté scientifique. Puis en 2013 un Centre de Recherche anglais confirme qu’une mutation génétique vient bien de s’enclencher pour l’Homme.

Les conséquences en sont autant géniales que magiques !

Mutation génétique de l’Homme : un quatrième brin de l’ADN apparaît

Des chercheurs britanniques de l’Université de Glasgow confirment l’existence d’un ADN à quadruple hélice dans le génome humain. Une découverte capitale pour la lutte anticancer, mais aussi pour l’évolution des besoins humains et donc pour ses comportements.

ICONIQUE. La structure en double hélice de l’ADN est une figure iconique en biologie. Sa découverte en 1953 par James Watson, Francis Crick et Maurice Wilkins leur a valu le Prix Nobel de Médecine en 1962.

Toutefois, les chercheurs connaissaient un autre type d’arrangement de la molécule, dite en quadruple hélice. Jusqu’à présent seulement observés in vitro, des chercheurs de l’Université de Cambridge viennent de démontrer l’existence de ces « quadruplexes » in vivo, au sein de cellules humaines.

L’ADN est constitué d’une succession de nucléotides, A, T, G et C, s’appareillant deux à deux : A avec T, C avec G. Or les bases G ont tendance à s’apparier entre elles quand elles sont répétées plus d’une douzaine de fois, causant dans l’ADN une conformation à quatre brins.

Recherche

L’équipe du Professeur Shankar Balasubramanian, qui publie sa découverte dans la revue Nature Chemistry, déclare que ces structures pourraient être une cible privilégiée dans la lutte contre les cancers et les maladies rares, car on les retrouve souvent en amont des gènes responsables, dits oncogènes, ainsi que dans les télomères, les extrémités des chromosomes.

Maintenant qu’elles ont été mises en évidence, ces structures ouvrent de nombreuses possibilités pour la recherche en génétique.

Certains chercheurs parlent même d’un troisième niveau de régulation génétique, au côté de l’ADN et de l’épigénétique.

Pour plus d’informations concernant cette découverte, consultez l’article de Hervé Ratel dans le numéro 793 de Sciences et Avenir du mois de mars 2013.

Le Chercheur : le Professeur Shankar Balasubramanian

Les acides nucléiques sont fondamentaux pour la vie. « Notre recherche porte sur la biologie chimique des acides nucléiques et utilise les principes de la chimie et des sciences moléculaires pour aborder des questions d’importance en biologie et en médecine. Les projets sont intrinsèquement interdisciplinaires et donneront accès à une diversité d’approches intellectuelles et expérimentales qui comprennent : la synthèse organique, la biophysique, la biologie moléculaire et cellulaire et la génomique. Nos objectifs scientifiques sont axés sur les problèmes, ce qui soulève constamment la nécessité d’inventer une nouvelle méthodologie.

Publication scientifique : DNA G-quadruplexes in the human genome: detection, functions and therapeutic potential
R Hänsel-Hertsch, MD Antonio, S Balasubramanian

– Nature Reviews Molecular Cell Biology (2017) (DOI: 10.1038/nrm.2017.3)

Des conséquences directes sur les comportements humains

Ce sont des experts très expérimentés qui ont annoncé les premiers en 2008 ce changement qu’ils constataient de plus en plus dans leurs activités quotidiennes. En parallèle, depuis plus de 10 ans, l’activité de Recherche de Alorem en Neurosciences comportementales a permis de mettre en évidence une évolution majeure sur les comportements de l’Homme : depuis 2008, le suivi épidémiologique des « actifs », lors de diagnostics en entreprises, a permis de suivre de manière scientifique ce qu’annonçaient ces praticiens.

Ce programme a permis de réunir une énorme base de données de 28 000 bilans neurosciences fournissant près de 3 Millions d’informations (évolution sur 10 ans), traitées par un système expert grâce à la technologie « Quantic Potential Measurement » – QPM). Une étude plus fine a mis en évidence une première évolution du dosage moyen de deux neurotransmetteurs chez certaines personnes : une variation sensible du niveau moyen de dopamine et de noradrénaline commence à faire émerger un très fort développement de la créativité et des capacités paracorticales (dopamine), ainsi qu’une forte progression de la sensibilité de l’Homme (noradrénaline).

Les conséquences immédiates en sont :

 

  • Le développement de certaines formes d’intelligence déjà connues : par exemple la vitesse de déduction, apportant de fait une augmentation du Quotient Intellectuel (QI), et donc le développement des « Hauts Potentiels Intellectuels » – HPI – (QI > 130) à la fois en nombre de personnes et en niveau de performance.
  • L’apparition de nouvelles formes d’intelligence : par exemple l’intuition inductive (connectée). Hervé FERRO l’appelle même « l’induction » (mélange entre intuition et déduction) : vous trouvez intuitivement la solution et c’est ensuite que vous en déduisez le chemin pour l’expliquer. C’est aussi la capacité intuitive de déduire le chemin qui va nous amener à la solution. Les conséquences à terme pour l’Homme sont de développer également ses aptitudes paracorticales : intuition connectée, vision, télépathie… mais pour cela l’Homme doit s’y préparer en levant certains freins à ces nouveaux dons… (voir projet Tanagra). On peut citer aussi cette nouvelle forme d’intelligence qu’est l’Intelligence du Cœur.
  • Le développement de la sensibilité, de l’émotivité : la perception des émotions de l’autre et donc l’aptitude à la Foi se développent, ainsi que celle d’Aimer (encore faut-il apprendre à lâcher-prise pour savoir l’exprimer) et de l’Empathie, c’est-à-dire à ressentir ce que ressent l’autre, en lui faisant savoir. En un mot c’est notre sensibilité qui se développe, réel accélérateur des phénomènes d’hypersensibilité. Les cas d’hypersensibles se développent donc tant en nombre qu’en niveau (et même en nature). Mécaniquement, l’Homme devient également plus sensible au stress, à la pression et devient donc plus vulnérable. Notre exposition au burnout, à l’épuisement et à la dépression augmente, nous obligeant ainsi à « nous former sur nous-même » pour apprendre à mieux nous gérer, à mieux nous protéger. C’est d’ailleurs l’objectif total de « Hipip IN ».

 

Ce phénomène semble se produire sur les personnes de tous les âges (tout le monde), et particulièrement sur les personnes nées depuis 2000. On peut donc supposer que les nouvelles générations (nées à partir de 2008) seront encore plus impactées par cette évolution et donc par ces changements de « besoins » et de comportements associés.

Le développement des « Atypiques »

Comme les HPI et les Hypersensibles sont 2 des 7 principaux facteurs pour être « Atypique »*, nous assistons au développement de la proportion d’Atypiques dans notre population. Les Atypiques sont déjà 17 à 20 % de la population d’après les chiffres publiés ces dernière années. Mais si nous imaginons faire une mise à jour en 2017 il est probable que le phénomène se soit amplifié, autant en nombre qu’en niveau, et que la tendance soit à une réelle mutation des « neurotypiques » vers des particularités d’intelligence et de sensibilité nettement accrues, donc vers des profils « Atypiques ».

A nous maintenant d’apprendre à mieux nous connaître pour mieux nous comprendre, apprendre à nous aimer avec nos différences, reconnaître et accepter ces différences chez l’autre sans le juger, et nous donner le droit à nous épanouir malgré la pression et un environnement trop souvent négatif (surtout en France). La Diversité prend tout son sens et les entreprises pionnières en matière d’Atypiques ont compris que la différence appelle naturellement au développement de dons pour compenser certains points vécus comme des handicaps. Le challenge des entreprises réellement ouvertes à la Diversité est désormais de révéler et développer de nouveaux Talents, qui viennent enrichir l’entreprise et construire notre société de demain.

L’Homme développe sa beauté et sa richesse, alors ne passons pas à côté en nous offrant aussi le bonheur de bien le vivre, tant dans notre vie privée que professionnelle.

Pierre Davèze, Hipip IN

* Atypique : HPI (Surdoué), Hypersensible, Asperger, Dys, ATD-H, Bipolaire, Intuitif-Inductif ou intelligence du Cœur.

HPi : Haut Potentiel Intellectuel (QI >= 130) – Dys : Dyslexiques, dys… etc., – DTA : Troubles de Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité.